Table ronde à Brazzaville : développement du secteur des routes et des transports

Emile Ouosso parle d'une table ronde pour le développement du secteur des routes et des transports

Le secrétariat général de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), les gouvernements de la République centrafricaine, de la République du Congo, de la République démocratique du Congo (RDC) et de la République du Tchad organisent une table ronde à Brazzaville (Congo) en vue de financer une douzaine de projets qui devraient être réalisés entre 2020 et 2029.

Emile Ouosso souligne les objectifs de la table ronde

“Pour jeter les bases d’un développement durable et d’une intégration régionale réussie, l’Afrique centrale doit relever de nombreux défis, dont la construction d’un réseau de transport multimodal pour la circulation des personnes et des biens”, selon Emile Ouosso Ministre de l’équipement et de l’entretien routier.

Organisée avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD) sous le haut patronage du président congolais, la table ronde vise à lever 3 milliards USD pour une première phase d’investissements prioritaires (Programme d’investissements prioritaires – PIP 2020-2024) afin de poursuivre les efforts des pays membres de la sous-région qui est au carrefour des grands flux commerciaux du continent, pour développer les routes et les transports.

Malgré des progrès significatifs ces dernières années, l’Afrique centrale reste au dernier rang du classement des pays africains disposant des meilleures infrastructures routières (à peine 8% du réseau routier total). Le même résultat s’applique à l’asphaltage des routes : seulement 2,2 % des routes de la sous-région sont revêtues.

Les projets d’infrastructure de transport

Selon Emile Ouosso, afin d’accélérer l’intégration régionale dans la zone CEEAC et de stimuler la croissance dans cette région particulièrement riche en ressources naturelles, pétrolières et minières, les organisateurs ont ciblé une douzaine de projets, dont trois projets phares d’infrastructures de transport qu’ils présenteront aux bailleurs de fonds à Brazzaville en mars prochain.

Ces projets comprennent la construction du pont routier et ferroviaire entre Kinshasa (RDC) et Brazzaville (Congo), la construction et la réhabilitation de la route Ouesso/Bangui/N’Djamena, le chaînon manquant du corridor routier transafricain Pointe Noire/Brazzaville/Ouesso/Bangui et Ndjamena ; et les travaux d’aménagement fluvial, la modernisation des ports existants, la construction de nouveaux ports et l’aménagement de postes d’amarrage sur le fleuve Oubangui et ses affluents.

La table ronde est l’occasion pour ses organisateurs de faire le point sur le Plan directeur consensuel des transports en Afrique centrale (CMPT-CA) et de mesurer son impact depuis son lancement, en 2004, par les États membres d’Afrique centrale pour relier les 11 capitales de la zone CEEAC.

À propos de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC)

La CEEAC est une organisation internationale créée le 18 octobre 1983 à Libreville (Gabon) pour le développement économique, social et culturel de l’Afrique en vue de la création de structures régionales qui pourraient progressivement conduire à un Marché commun.
La CEEAC est issue du Plan d’action de Lagos d’avril 1980 et comprend 11 pays :

  • Angola,
  • Burundi,
  • Cameroun,
  • République centrafricaine,
  • Tchad,
  • Congo,
  • Gabon,
  • Guinée équatoriale,
  • RD Congo,
  • Rwanda
  • Sao Tomé & Principe.

Elle a une superficie de 6 667 087 km2 et sa population est estimée à 187 millions d’habitants en 2017.

Emile Ouosso Ministre