Emile Ouosso Ministre : Les relations commerciales entre Congo-Brazzaville et les pays limitrophes

Emile Ouosso Ministre : Les relations commerciale de Congo-Brazzaville avec les pays limitrophes

Située en Afrique centrale, la République du Congo est un pays riche de ses superbes forêts et de ses ressources naturelles. Il est entouré par le Gabon, le Cameroun, la Centrafrique. Du côté du sud-est il y a le Congo démocratique, puis l’Angola. Le Congo a beaucoup à gagner dans la collaboration avec ces voisins. Emile Ouosso Ministre du transport Routier parle des échanges commerciaux entre le Congo et les pays limitrophes.

Le Congo dans le concert des nations

La République du Congo est en plein essor économique depuis l’année 2018. Le PIB est en nette croissance. Cette croissance est due à la montée de la production dans le secteur pétrolier et par les facilités liées au marché des prix du pétrole en fin d’année 2018. Les autres secteurs tels que l’agriculture, la construction et les industries connaissent aussi des niveaux de croissance non négligeable, “la reprise des investissements aidant” rappelle Emile Ouosso, Ministre à Brazzaville.

Il ne faudrait pas oublier la situation de l’endettement malgré les efforts de restructurations consentis par la chine. Il faudra que cela soit fait à l’interne et au niveau des dettes commerciales. Les enjeux du développement sont grands au Congo, car les programmes de protection touchent moins de 5 % de la population avec un taux de mortalité infantile et maternelle toujours élevée.

Le niveau d’instruction des enfants est un défi à relever. La position du Congo et ses ressources lui donnent des atouts pour le développement des relations commerciales avec ses pays limitrophes.

Les enjeux commerciaux des échanges avec les pays limitrophes

La faculté des échanges commerciaux est de combler les poches d’insuffisance. La diversification des importations dans un sens comme dans un autre est le gage de la réussite des échanges. Les frontières sont à la base les points de délimitation de la compétence territoriale des États. La mondialisation en fait des pools d’échanges commerciaux.

Emile Ouosso Ministre explique, “Lorsqu’on regarde de plus près une frontière comme celle partagée avec l’Angola, les produits de première nécessité sont aux centres des échanges qui sont pratiqués à ce point de jonction.

Cela traduit le potentiel énorme que produirait l’encadrement de ce trafic. Les ressources naturelles dont regorge le sol et le sous-sol sont les points de développement et des échanges commerciaux du Congo et ses voisins. Les marchés sont de plus en plus grands, la répercussion immédiate est l’accroissement des échanges. Le pétrole et les forets à exploiter viennent augmenter le nombre des courtisans et des probables partenaires économiques et commerciaux.

Emile Ouosso Ministre se questionne sur la mondialisation

Les nouvelles industries s’installent de plus en plus en Afrique centrale et renégocient les termes traditionnels des accords. Une bonne politique aiderait le Congo à amorcer des échanges gagnants. Le défi est donc l’ouverture aux états voisins.

Selon Emile Ouosso, Ministre au Congo, il est impossible pour le Congo d’échapper à la nébuleuse de la mondialisation. Les nouveaux partenariats du commerce et l’intégration sont des éléments qui ont une grande influence dans le développement des relations commerciales entre le Congo et ses pays limitrophes.

Les performances individuelles lorsqu’elles sont fusionnées donneront un souffle nouveau à l’intégration régionale. L’économie congolaise en sortira forcément gagnante.