Les relations entre Brazzaville et les villes voisines

Les relations entre Brazzaville et les villes voisines

Brazzaville est la capitale politique, économique et administrative du Congo. Elle est également la porte d’entrée de ce dernier. Celle-ci se divise en neuf différents arrondissements et est en relation avec plusieurs villes voisines. Ces liens se fondent sur la décentralisation. Voici l’essentiel à retenir par rapport aux relations entre Brazzaville et les villes voisines.

L’intercommunalité associative ou souple

Le ministre congolais Émile Ouosso explique que la décentralisation territoriale est un système d’administration territorial très pratiqué par le gouvernement congolais. Cette dernière est, pour la plupart du temps, réglementée par la constitution ou la loi fondamentale. Au Congo, la nouvelle constitution a entériné et acté le processus de la décentralisation.

C’est dans ce cadre que la mairie de la commune de Brazzaville et celle des villes environnantes entretiennent des liens très étroits. Ces relations entretenues entre Brazzaville et les villes voisines concernent principalement la gestion :

  • des services publics;
  • le développement économique:
  • l’aménagement de l’espace.

D’autres questions sont, bien évidemment, abordées. Par contre, les points énumérés sont ceux qui sont les plus évoqués. D’après le ministre, les relations entre la capitale congolaise et les villes voisines lui permettent de réaliser les transports urbains. Les liens créés entre celles-ci permettent aussi à la capitale de mettre en place une coopération intercommunale.

En plus, elle est associative ou relativement souple. Brazzaville est, de ce fait, considérée comme étant une commune faisant partie d’une vaste association de villes. Celle-ci a pour but la réalisation de services ou d’œuvres d’intérêt communal. Chacune des villes faisant partie de cette association bénéficie pleinement de divers avantages.

L’intercommunalité de gestion entre Brazzaville et les communes voisines

Plus d’accords de coopération sont établis entre la commune de Brazzaville et les villes voisines. Si certains sont très bénéfiques à la capitale, ce n’est malheureusement pas le cas pour tous. En effet, il y en a qui sont moins bénéfiques, voire pas du tout, pour la commune de Brazzaville. Dans ces cas-là, il ne peut plus s’agir d’accord, mais de mésalliance. Le ministre Émile Ouosso explique encore une fois que les relations entre Brazzaville et les villes voisines favorisent le développement de toutes les communes impliquées.

Le financement de l’intercommunalité dépend généralement du type de regroupement intercommunal (celui fédéré ou associatif) qui est appliqué. Dans le cas de la ville de Brazzaville, il est question d’un regroupement associatif : c’est l’intercommunalité de gestion. Ce type de lien implique que la ville est sans fiscalité propre. Autrement dit, Brazzaville n’est pas entièrement autonome. Elle dépend aussi des contributions des différentes communes membres.

En définitive, la capitale congolaise tisse de nombreuses relations avec les villes à proximité. Ces différentes relations permettent à la ville de Brazzaville de profiter de beaucoup d’avantages. Il en est de même pour les autres villes en relation avec elle. Un type d’intercommunalité est principalement utilisé par la commune capitale pour ses relations. Il faut tout de même espérer que les relations entre Brazzaville et les villes voisines se développent davantage. Cette croissance peut favoriser l’atteinte de beaucoup d’autres objectifs au sein des différentes villes.